El Watan
by on April 29, 2019
46 views

En ce début de matinée du 29 avril, une ambiance particulière régne à l’extérieur du tribunal de Tipasa. Le dispositif des éléments de la sûreté nationale autour du tribunal est impressionnant.

Les représentants de plusieurs chaînes nationales et internationales de télévision étaient à la recherche d’un endroit pour mieux capter les images. Les citoyens commencent à se regrouper.

Il est 09h36 quand l’ex.DGSN, Hamel Abdelghani à bord de son véhicule aux vitres teintées arrive devant le tribunal. Ce fût la cohue. Journalistes, cameraman et les citoyens entourent le véhicule noir.

« Klitou lebled ya essarakine », ne cessaient de répéter la foule, tandis que les journalistes jouaient de leurs coudes pour s’approcher du véhicule noir. Des dizaines de policiers se précipitent alors vers le véhicule de l’ex. Patron de leur institution, afin de lui assurer la protection et l’inviter à rentrer à l’intérieur du tribunal.

 

Personne n’aura le droit après d’entrer au parking du tribunal. Le Général Major Abdelghani Hamel, détendu, laisse paraître un léger sourire depuis son véhicule. Les manifestants venus des différentes localités de la wilaya pour assister à l’événement, scandent des slogans hostiles au système et à l’ex.DGSN.

 

 

Son fils à l’intérieur de son véhicule s’est montré discret. La foule n’a pas fait attention à sa présence. Après un petit instant d’arrêt  entre la brigade de gendarmerie nationale et le tribunal, et après avoir vu l’accueil réservé à son père, le fils s’est rapidement dirigé vers une autre direction pour s’éloigner de la marée humaine en effervescence.

Le wali de Tipasa qui avait emprunté la route du tribunal, escorté par les véhicules de police avait été pris à partie par les citoyens, criant « klitou lebled ya essarakine ».

 

Il est 11h48. C’est un véritable branle-bas de combat. Hamel Abdelghani vient de sortir du tribunal après avoir répondu à la convocation du magistrat instructeur. Son véhicule est fortement entouré par une épaisse nuée de policiers. Il a été hué et insulté comme lors de son arrivée au tribunal par les manifestants. Son véhicule quitte Tipasa en trombe. Une image humiliante.

Post in: politics
Topics: algeria
2 Liked
2 people like this.