Said Benfali
by on April 27, 2019
48 views

Par Saoudi Abdelaziz, 27 avril 2019

 

l'honnêteté de vote sera-t-elle garantie avec l'échéance du 4 juillet? L'administration sera-t-elle neutre? Les médias seront-ils ouverts également à tous les candidats? Les urnes seront-elle protégées? Les fichiers seront-ils contrôlés. Le Hirak pourra-t-il surveiller le scrutin? Il y a beaucoup de question qui n'ont pas reçu de réponse avec l'application "machinale" de l'article 102.

Le peuple algérien renforce sa veille souveraine

Sous ce titre, le 30 mars, au lendemain du 6ème vendredi du Hirak, j'écrivais:  "Encore un effort ont dit hier les Algériens qui doutent de la sincérité des chefs des institutions actuelles, y compris l'ANP. Ils refusent que les tenants du régime actuel leur imposent une nouvelle feuille de route, sans Bouteflika".

"Des millions d'Algériens se sont constitués en permanence du peuple algérien souverain, ils ne se disperseront sans doute pas avant que ne soit garantie la non immixtion du système dans la préparation et le déroulement de la prochaine élection présidentielle, première échéance décisive de la reconstruction républicaine".

Le pouvoir de transition sera ligoté

Au lendemain du 10è acte, le mouvement est confronté à deux écueils : d'une part l'échéance trop courte du 4 juillet 2019, d'autre part des plans de transition à géométrie variable, où il faudrait sans doute attendre 2021, le temps que les braises du hirak soient refroidies avant que le suffrage universel puissent être utilisé par les Algériens pour peser sur leur destinée.

Car d'ici là il n'existera pas d'institution légitime, mandatées par le peuple, les transitions proposées seraient dirigées par personnalités cooptées, placées inévitablement sous le patronage  de l'ANP, la seule institution possédant la force de coercition et donc un pouvoir légitimée par sa propre existence. L'idée de faire désigner par les marcheurs du Hirak des représentants  pour  négocier la transition montrent bien la méconnaissance des ressorts de l'autonomie citoyenne anti-politicienne du Hirak.

En Algérie, la conquête citoyenne de la présidence de la république est le passage obligé pour refonder la république,  avec un président mandaté pour engagé un processus constituant.

 

Topics: algeria
Be the first person to like this.